Indicible Entretien #2

Gilberto Villarroel​

Pour ce deuxième indicible entretien, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Gilberto Villarroel, auteur du roman Cochrane VS Cthulhu, sorti aux éditions Aux forges de Vulcain.
Nous allons parler du Chili et de son histoire, de cinéma et de BD, d’un intrépide lord anglais et bien sûr de Lovecraft !

Pour ceux qui ne te connaissent pas encore, pourrais-tu te présenter ?

Je suis Gilberto Villarroel, écrivain chilien. J’ai également travaillé comme journaliste et scénariste pour le cinéma et la télévision. Je suis né à Santiago du Chili en 1964 et je vis à Paris depuis octobre 2014. J’ai un fils franco-chilien qui a 9 ans. Mon premier roman, “Cochrane vs Cthulhu”, publié en espagnol en 2017, a été édité en français par les éditions Aux forges de Vulcain en février 2020 et est distribué par Média-Participations en France, en Suisse et en Belgique.

Gilberto VILLAROEL
Photo Andres Mandoza/Forges de Vulcain

Question rituelle : comment s’est passée pour toi la première rencontre avec l’oeuvre de H.P. Lovecraft ?

Un chanteur punk-rock chilien, Jorge Gonzalez, l’a un jour mentionné comme l’une de ses lectures préférées. Et le supplément « livres » du journal chilien « El Mercurio » a consacré une fois un numéro spécial à la vie et aux travaux de HPL. Vers 1992, j’ai acheté un petit volume dans une librairie de Santiago du Chili, intitulé « Pickman’s Model and Other Stories (Le Modèle de Pickman et autres histoires) ». J’ai alors commencé à chercher et à lire toutes ses autres œuvres.

Qu’est-ce qui t’a plu dans ses textes ?

J’ai été très impressionné par “Pickman’s Model” parce qu’il m’a semblé qu’il dépassait les limites d’une histoire d’horreur. Je trouvais que c’était simplement de la bonne littérature. Cette histoire, en particulier, a soulevé un point de vue intéressant sur le rôle de l’artiste, en tant que personne dont la mission est de révéler, à maintes reprises, les choses que la société voudrait garder cachées ou qu’elle préférerait oublier.

Quel est le texte de HPL qui t’a le plus marqué ?

Tout d’abord “Pickman’s Model”. Puis, « Color Out of Space (La couleur tombée du ciel) » et « The Outsider (Je suis d’ailleurs) ». Ces trois histoires faisaient partie d’une trilogie de scénarios de films que j’ai développés avec des bourses de cinéma au Chili et en Espagne, mais je n’ai filmé que le premier jusqu’à présent. « The Call of Cthulhu (L’Appel de Cthulhu) » a inspiré mes deux premiers romans, ceux de la saga Cochrane, et le troisième et le quatrième, déjà écrits (en espagnol) seront un hommage aux « At the Mountains of Madness (Les Montagnes hallucinées) ».

Tu es chilien. Quelle est la place de Lovecraft dans ton pays, qui après tout est plus proche de R’lyeh que ne peut l’être la France !

Nous, les Chiliens, sommes très lovecraftiens ! En fait, au Chili, il existe un cycle de conférences qui se tient chaque année, appelé “Soirées Lovecraftiennes”, auquel participent des écrivains, des éditeurs de livres et des lecteurs, et au cours duquel ont lieu de passionnants échanges d’idées et des lectures.
On dit aussi que Lovecraft a été inspiré par l’expédition de Jeremiah N. Reynolds en Antarctique pour écrire “At the Mountains of Madness”. Et dans les romans 3 et 4 de la saga Cochrane, je fais un lien entre l’univers de ce roman, l’Antarctique, la mythologie sud-américaine, les guerres d’indépendance au XIXe siècle et les secrets d’Alexander Selkirk sur l’île Robinson Crusoé au XVIIIe siècle. Ce sont deux romans d’aventure et d’horreur d’environ 500 pages chacun !

Les cauchemars de Lovecraft,
Horacio Lalia, éditions Glénat

Dans l’entretien précédent, Alex Nikolavitch nous parlait du travail de l’auteur argentin Alberto Breccia. Le Studio Haus qui a réalisé Lovecraft : Celui qui chuchotait dans les ténèbres avec Alex est argentin également. On connaît le travail de l’illustrateur argentin Horacio Lalia. Le chilien Alejandro Fadel a réalisé en 2018 Meurs, Monstre, Meurs, une enquête lovecraftienne au coeur de la cordillère des Andes. Maintenant toi qui nous viens du Chili. L’Amérique latine est une terre lovecraftienne ?

Je pense que le travail de Breccia est excellent ! Je pense que son adaptation de “Color Out of Space” a atteint des niveaux esthétiques que le cinéma ne pourra guère dépasser. C’est quelque chose qui a ralenti mon adaptation audiovisuelle de la même histoire. Et je suis d’accord sur le fait que la seule façon possible de raconter cette histoire est en noir et blanc. Chaque spectateur doit projeter dans son esprit cette couleur qui n’existe pas sur Terre. Ils disent que John Carpenter a passé dix ans à travailler sur ce projet et l’a abandonné. Je ne le blâme pas. L’adaptation de HPL est difficile. Il est très facile de faire des erreurs !

Les Mythes de Cthulhu
H. P. Lovecraft & Alberto Breccia,
éditions Rackham
Leviatan, Martin Cáceres, éditions Planeta Cómics

L’Amérique latine est une terre de mythes et de nature sauvage, avec une histoire d’événements monstrueux, et HPL est toujours une source d’inspiration pour de nombreux artistes. Il existe des ouvrages récents au Chili qui en témoignent, comme le livre “Dioses chilenos” de Francisco Ortega, qui mentionne le lien entre J. N. Reynolds et HPL, et le roman graphique “Leviatán” de Martín Cáceres, qui est un hommage à “At the Mountains of Madness”.

Tu as produit un film intitulé Chilean Gothic, inspiré du modèle de Pickman. Comment est née l’idée de ce film ?

L’histoire de HPL était parfaitement adaptée à ce que j’ai vu au Chili dans les années 1990, qui avait commencé la transition d’une dictature à une démocratie incomplète. C’était un pays où les monstres, les agents de la dictature militaire, marchaient encore en liberté, en plein jour, complètement impunis, avec leurs mains encore tachées de sang, comme les créatures peintes par Pickman. C’est ainsi qu’est née l’idée d’écrire le scénario du film, que j’ai soumis à des jurys à la fin de l’année 1995. Le scénario a remporté deux prix en 1996, j’ai reçu des fonds et des boîtes de film 16 mm, ce qui m’a obligé à devenir producteur pour que le film puisse être tourné, ce qui s’est produit en 1997 et 1998. Après une longue et mouvementée post-production, le film de 43 minutes est sorti dans la section Best of the Year à la San Sebastian Horror & Fantasy Film Week en novembre 2000. Il existe un livre électronique (en espagnol), intitulé “Lovecraft vit au Chili”, dans lequel figurent à la fois le scénario et les histoires (Making of) de la réalisation de ce film.

Est-ce une adaptation fidèle du texte original ?

Il s’agit d’une adaptation fidèle dans son essence. Il y a un peintre nommé Richard Upton Pickman, un Américain de la Nouvelle-Angleterre qui est allé vivre au Chili, où il est devenu célèbre pour ses peintures de monstres et de rituels étranges. J’ai ensuite ajouté quelques éléments. Le dernier journaliste qui a interviewé Pickman a été assassiné. Son meilleur ami, un autre journaliste, commence à enquêter sur l’affaire et à rechercher Pickman, qui a été confiné au sud du Chili, sur la grande île de Chiloé, terre de légendes, de mythes, de monstres et de sorcières. C’est là que l’histoire commence.

Andrew Migliore, directeur du H.P. Lovecraft Film Festival aux États-Unis, a sélectionné le film en 2001, l’a sorti en DVD pour les États-Unis et le Canada, puis a écrit un livre sur toutes les adaptations cinématographiques des œuvres de HPL. Pour Andrew, “Chilean Gothic (Pickman’s Model)” est “l’une des meilleures adaptations du canon lovecraftien». Le film est diffusé sur YouTube, en espagnol.

Voici ci-dessous une vidéo d’un teaser avec la musique originale du groupe chilien Fractal.

La production a-t-elle été difficile ?

Elle a été très difficile. C’était mon premier scénario de film et je n’avais aucune expérience en tant que producteur. Nous avons tourné en deux étapes, entre 1997 et 1998, à Santiago, Placilla (ville située sur la route entre Santiago et Valparaíso) et à Chiloé, à mille kilomètres au sud de Santiago. Bien que ce soit un film à petit budget, dans certaines scènes nous avions 50 personnes travaillant en même temps. Nous avons tourné dans les égouts de Santiago, à la morgue, dans des sous-sols abandonnés, des endroits où il n’était pas facile de travailler. À cette époque (post-dictature), personne ne faisait de films au Chili, il n’y avait pas plus de deux tournages par an, sans parler des films de genre. Et c’était toute une aventure de rassembler et de gérer l’argent.

Je crois que tu apparais dans le film ?

Le réalisateur, Ricardo Harrington, a pensé que je pourrais jouer le journaliste mort, qui apparaît dans les souvenirs et les cauchemars du protagoniste. Dans une scène, j’apparais flottant dans un étang, au milieu du brouillard, à l’aube. Même si je portais une combinaison de plongée sous mes vêtements, ce fut un sacré effort de flotter au milieu de ces eaux sales.

Source : cinefania

Dans une autre scène, j’apparais à la morgue, transformé en cadavre, déchiqueté par des monstres. C’était quatre heures de maquillage. Une torture, parce que je ne pouvais pas bouger. Ils mettent du latex, des teintures, de la terre, des feuilles sèches, tout, sur mon corps. Les travailleurs de la morgue, qui avaient l’habitude de voir pire, passaient de temps en temps pour regarder et dire, plus de bleu ici, plus sombre là, des choses comme ça.

La maquilleuse, avec ce film dans son portfolio, a fait carrière aux États-Unis dans différentes séries télévisées. Et le deuxième assistant réalisateur, Pablo Larraín, est désormais lui aussi un cinéaste de renom. Après “Chilean Gothic”, j’ai co-écrit “La Fiebre del Loco”, qui a été coproduit par Almodóvar, a remporté le prix Coral du meilleur scénario inédit à La Havane et a été projeté à Venise, Toronto et Sundance.

Quelle adaptation au cinéma de Lovecraft te semble la plus réussie à l’heure actuelle ?

Bien qu’il ne soit pas basé sur un travail particulier de HPL, mais qu’il soit fidèle à son atmosphère et à son style, ce qui en fait un grand hommage, j’aime beaucoup “In the Mouth of Madness” de John Carpenter. J’aime aussi “Alien” de Ridley Scott, “The Keep” de Michael Mann et “Arrival” de Dennis Villeneuve. Ce ne sont pas des histoires de HPL, mais elles pourraient être considérées, à bien des égards, comme des “lovecrafteries”.
En général, je pense que ce sont des illustrateurs comme Tanabe et Breccia, plutôt que des cinéastes, qui ont le mieux saisi l’esprit des œuvres de HPL. Lovecraft est un auteur difficile à adapter au cinéma, car il suggère souvent, au lieu de décrire en détail. Il utilise des adjectifs, comme “terrible”, “sinistre”, etc. Et c’est très subjectif, cela varie pour chaque spectateur. Tu peux laisser des zones floues dans une BD ou travailler avec des ressources comme le hors-champ dans un film, sinon tout se termine, comme disent les Américains, par “un gars en costume (a guy in a suit)”.

Tu as aussi travaillé sur une adaptation graphique de la nouvelle « Le modèle de Pickman » avec Gabriel Aiquel et Christian Luco. Peux-tu nous en parler ? Cet ouvrage est-il disponible en France ?

Au départ, mon rêve était de sortir en même temps un film, un site web, une bande sonore et une BD. Mais à la fin du tournage, j’étais épuisé, j’ai même souffert de coliques rénales. Le film était prêt, après presque deux ans de post-production, en même temps que le site web, en 2000, mais la bande son de Fractal est sortie beaucoup plus tard et ce n’est qu’en 2009 que j’ai sorti la version BD, qui est un mélange entre l’histoire de Lovecraft et l’adaptation cinématographique.

Source : compte Twitter Gilberto Villarroel

Le dessinateur Jon Bogdanove, auteur de “Death of Superman (La Mort de Superman)” a adoré notre livre et a écrit : « C’est un chef-d’œuvre. Lovecraft serait heureux ». En 2014, la BD a été sélectionnée par la bibliothèque du Musée basque d’art contemporain pour faire partie de l’exposition “Roman graphique, dénonciation et critique sociale”. Et en octobre 2014, nouvellement arrivé à Paris, j’ai visité l’exposition de Dave McKean et Neil Gaiman à la Galerie Martel et j’ai donné à chacun d’eux un exemplaire de la BD, et je les ai remerciés d’avoir eu une influence sur tant d’auteurs chiliens. En 2017, j’ai montré la BD sur le stand chilien au Festival international de la BD d’Angoulême. Pour l’instant, il n’est publié qu’en espagnol, mais j’espère trouver un éditeur français qui sera intéressé par sa publication.

Venons-en maintenant à ton travail littéraire. Tu as écrit Cochrane VS Cthulhu. J’avoue avoir découvert ce personnage incroyable de lord Cochrane en lisant ton roman. Peux-tu expliquer pourquoi il tient une place si importante au Chili ?

Lord Cochrane par Pedro Pablo Figueroa

Lord Cochrane est l’un des héros de l’indépendance chilienne et c’est un personnage que nous, les Chiliens, connaissons depuis l’école. Au Chili, il y a des rues qui portent son nom, une ville, un fleuve, un navire de la marine, une maison d’édition et même un cocktail qui porte son nom (whisky + jus d’orange + larmes de miel de palme). Et c’est cette boisson que nous avons bue lors du lancement de l’édition française de mon roman, en février 2020, à la librairie La Dimension Fantastique à Paris. Mais Cochrane s’est également battu pour l’indépendance du Pérou, du Brésil et de la Grèce et a été un héros des guerres napoléoniennes. Parlementaire radical, il s’est battu pour le suffrage universel au Royaume-Uni, inventeur, il était un personnage en avance sur son temps, d’une centaine d’années

Est-ce la première fois que tu mets en scène Lord Cochrane ?

Mon premier roman, “Cochrane vs Cthulhu”, a été publié au Chili en espagnol par Penguin Random House en 2017. Mais avant cela, en 2016, la série de documentaires “Lord Cochrane, Master & Commander”, que j’ai écrite et produite, a été diffusée pour la première fois à la télévision publique chilienne. Le tournage s’est déroulé dans 16 villes, 7 pays et le narrateur était Adam Bruce, un Ecossais descendant de Cochrane.

Mon obsession pour ce personnage vient de l’école, puisque j’ai lu un jour qu’il avait eu l’idée de sauver Napoléon de Sainte-Hélène et de l’emmener en Amérique du Sud pour combattre les troupes espagnoles. L’idée que l’histoire puisse être changée, le germe d’une uchronie, m’est venue et elle m’a toujours semblé être un matériau digne d’un roman. Mais à l’âge de 10 ou 12 ans, je ne savais pas comment écrire un roman. Puis, en 2010, lorsque j’ai appris qu’Adam Bruce construisait un parc éolien au Chili, cette obsession a refait surface. Cochrane était également un inventeur, précurseur des bateaux à vapeur et de lampes à huile plus efficaces pour l’éclairage des rues, entre autres choses. Qu’un de ses descendants se trouve au Chili, 200 ans plus tard, travaillant sur les énergies renouvelables et les nouvelles technologies m’a semblé une belle synchronisation et le germe d’une histoire documentaire. Et c’est ce qui s’est passé.

Comment t’es venue l’idée d’une uchronie mélangeant époque napoléonienne et mythe de Cthulhu, le tout avec fort Boyard en arrière-plan ?

Ma passion et mon admiration pour Lovecraft ne datent pas d’hier. Au cours de mes recherches pour le documentaire sur Cochrane, j’ai découvert qu’il avait inspiré la soi-disant “fiction navale napoléonienne”. Les premiers romans ont été écrits par un de ses anciens subordonnés, le capitaine Marryat. Puis d’autres sont venus, comme les sagas Hornblower de Forester et la saga Master and Commander de O’Brian. Et le personnage de Hornblower a inspiré la saga du fusilier Sharpe et le personnage du capitaine Kirk de Star Trek. L’influence de Lord Cochrane sur la culture populaire est donc énorme, mais elle était bien cachée. Plus je lisais de romans pour me plonger dans l’ère du documentaire, plus je voulais rendre justice à Cochrane avec un roman napoléonien dans lequel il était le personnage principal. Mais je ne voulais pas simplement répéter la même formule, je voulais faire quelque chose de légèrement différent.

Les vaisseaux français aux prises avec les brûlots ennemis, 11 avril 1809 au soir.
Peinture de Louis-Philippe Crépin.

Comme la mère de mon fils est française, entre 2011 et 2018, nous sommes souvent partis en vacances sur la côte ouest de la France. J’ai été fasciné par la structure de Fort Boyard. Pendant les recherches pour le documentaire, j’ai découvert que Cochrane a combattu dans cette baie en 1809 et qu’il a coulé la moitié de la flotte de Napoléon avec des bateaux explosifs. La même explosion a détruit les bases en pierre de Fort Boyard, un projet de Napoléon qui a dû être reporté. Et qui ne fut achevé qu’à l’époque de Napoléon III.

J’ai décidé d’écrire une uchronie située en 1815, pendant les Cent Jours, dans un monde parallèle où Napoléon a reconstruit et terminé Fort Boyard à temps. Cochrane s’était alors échappé de la prison de Londres, en raison d’un scandale à la Bourse de Londres. Et Fort Boyard semblait être un endroit parfait pour un film d’horreur comme « Alien ». Donc, comme un exercice de style, j’ai décidé de mélanger l’univers HPL avec les guerres napoléoniennes et Cochrane dans un seul livre. Deux romans en un. Capes et épées + tentacules ! Ainsi est né “Cochrane vs Cthulhu”

Pour ma part j’ai appris de nombreuses choses sur cette époque. Je ne regarderai plus Fort Boyard de la même façon ! D’où te viennent ces connaissances sur Cochrane et sur l’époque napoléonienne ?

Illustration de Felix Vega pour la version chilienne. En cherchant bien on voit le père Fouras.

Je suis passionné par les questions historiques. J’ai écrit sur ces sujets pour la radio, la télévision et le cinéma. Et j’ai commencé en 2010 la recherche pour le documentaire sur Lord Cochrane. C’est-à-dire que je suis déjà, depuis dix ans, profondément plongé dans la vie et l’œuvre du personnage. Et comme j’ai écrit les romans en France, je suis proche de tous les lieux, musées et ressources bibliographiques dont j’ai besoin. J’avais fait pareil au Chili, en voyageant et visitant de fond en comble chaque endroit. Je pense que c’est la meilleure façon d’aborder un roman historique, et c’est ainsi que travaillent les auteurs que j’admire, comme Bernard Cornwell (saga Sharpe).

Le découpage en chapitres est très efficace, l’action et l’aventure très présentes, sans parler du superbe duo Cochrane et Eonet. On verrait bien une adaptation en comics !

Dessin de Jaime Castro Instagram @jcastroley

À l’origine, mon idée pour “Cochrane vs Cthulhu” était une bande dessinée. Mais quand j’ai commencé à écrire un traitement pour l’illustrateur chilien Christian Luco (“Pickman’s Model”), j’ai vu que l’histoire fonctionnait bien comme un roman et j’ai commencé à en assembler les chapitres. Christian s’est ennuyé à m’attendre et il a écrit et dessiné deux BD d’horreur, la série “La Grieta”. J’ai contribué au scénario et aux dialogues des deux BD, qui ont été récompensées au Chili. Il y a beaucoup de dessinateurs de talent au Chili, mais je pense qu’il serait plus pratique de travailler sur l’adaptation de la bande dessinée avec un illustrateur français, afin que nous puissions tous les deux visiter Fort Boyard et tous les musées liés à l’époque napoléonienne, ce qui faciliterait le travail en commun.

Sans « spoiler » la fin du roman on sait que Cochrane reviendra. Où en es-tu de l’écriture de la suite des aventures du lord anglais ? Pourra-t-on les lire en français ?

Bien que le premier roman soit un roman indépendant, avec une fin, j’ai toujours eu à l’esprit l’idée d’étendre cet univers en une saga. Hornblower a 11 livres. Capitaine Aubrey, 21. Pour l’instant, j’ai des idées pour une quinzaine de livres de la saga Cochrane. Une suite a déjà été publiée au Chili, intitulée “Lord Cochrane et la Confrérie des Catacombes”, qui est liée au culte du dieu Cthulhu qui a émergé à Paris en 1826, année où Cochrane passait par la France avant de s’embarquer pour la Grèce. Et dans ce roman, j’ai ajouté un autre genre, le péplum, car une partie de l’action se déroule en l’an 52 avant J.-C., avec la rencontre de Jules César et de son illustre prisonnier gaulois, Vercingétorix, avec le dieu Cthulhu.
Mon éditeur français, David Meulemans des forges de Vulcain, est le seul à connaître en détail mon projet pour toute la saga et me soutient avec beaucoup d’enthousiasme, il négocie donc déjà avec Penguin Random House les droits de publication du deuxième roman en français. Quand ? Il l’annoncera en temps utile.

Pour finir, comment occupes-tu ton confinement ?

Je corrige les manuscrits de Cochrane 3 et Cochrane 4, deux romans qui se déroulent au Chili en 1822 et 1823 et dans lesquels Cochrane voyage dans l’univers décrit par HPL dans son roman “At the Mountains of Madness”. Ils devaient à l’origine être publiés en 2021 par Penguin Random House, qui en possède déjà les droits en espagnol, mais le calendrier devra être mis à jour après la pandémie. Et il y a une sortie imminente en 2020 en espagnol de mon roman “Ground Zero”, une histoire de vampires se déroulant à Santiago du Chili qui, bien sûr, est un mélange de fantastique et de satire politique. Et pour l’instant, je marque une pause dans la rédaction des cent premières pages de Cochrane 5, qui traite de la tentative de sauvetage de Napoléon à Sainte-Hélène en 1818, ce que Cochrane voulait vraiment faire avant de prendre le commandement de la flotte chilienne.
Je dois prendre une décision difficile : continuer à écrire ce roman en espagnol ou en français. En tout cas, le travail pendant l’enfermement a été très stimulant, tandis que les médias, les médiathèques, les lecteurs et les libraires continuent de mettre en valeur mon premier roman et de lui donner des coups de cœur. J’ai été invité aux salons du livre de Paris, Lyon et Épinal avec “Cochrane Vs Cthulhu”, ainsi que dans des universités et des librairies, mais la pandémie a empêché ces rencontres. J’espère que le livre sera toujours vivant quand cette crise sera passée. Lord Cochrane reviendra !

Merci à Gilberto Villarroel d’avoir accepté de se prêter à ce jeu des questions-réponses entièrement en français ! Si vous voulez en savoir encore plus, allez écouter cet entretien confiné ICI.

Et merci également à David Meulemans, allez jeter un oeil à sa chaîne YouTube (avec ou sans chat).